Le Corbeau Noir. Les Voiles de la Citadelle, 2014. Photo MS

Les voiles de la citadelle, 2014

Sortie du 10/06/2014 au 15/06/2014

Les Voiles de la Citadelle

— 14 et 15 juin 2014
— Port d’accueil: Port Louis (Morbihan).
— 32 bateaux engagés.

Equipage

— Yves Jégot, skipper
— Cécile Tulasne
— Francis Aubertin
— Adeline Aubertin
— Yann Aubertin
— Mareva Sacoun

 

Je prend la suite de Francis A rentrant tout juste de virée le mardi soir vers 16 heures.

Le beau temps est déjà au rendez-vous et ne nous quittera pas du séjour. Cécile et Mareva arrivent jeudi soir, j’ai donc deux jours plein à profiter du soleil, du village de Port Louis, d’Eloise au ponton, éventuellement à méditer…
J’en profite également pour remettre la main sur le taud de GV (retrouvé au chantier) et réparer le caillebotis bâbord de cockpit grâce à l’aide de Nicolas le Corre et de son outillage.

Vendredi, c’est à trois que nous appareillons pour une sortie à la journée vers Port Tudy afin de tester nos dispositions à la manœuvre en petit comité. Le petit temps est propice à la décomposition pépère des manœuvres. Nous hissons, affalons à plusieurs reprises le spi. Plus exactement, les filles manœuvrent, tandis que le barreur barre…
Le soir, petite virée dans les bouchons de début de weekend à Lorient pour récupérer le génois léger chez Incidence. Francis et ses enfants arrivent vers 21 heures: l’équipage est au complet.

Les régates commencent samedi, avec un rendez vous au sud des Errants vers 10H30. Au menu, tour de l’île de Groix dans le sens horaire ou anti-horaire, au choix. Après un premier départ super bien placé sous spi au vent de la flotte (départ au portant) mais non valide en raison du nombre de participants trop pressés de franchir la ligne, nous ne parvenons pas à nous replacer à temps pour le deuxième départ et partons en queue de peloton. Route vers la cardinale Edouard de Cougy, première marque à franchir dans le sens horaire dans un petit temps qui ne nous quittera qu’en revenant vers les Truies, cinq heures plus tard. Il s’avèrera que notre stratégie sera totalement foireuse et qu’il était préférable de tourner dans l’autre sens. A préciser que seul le skipper est responsable d’un tel choix, fruit d’une intense réflexion de plus de trois jours, étayée de nombreuses consultations d’ouvrages de référence, d’abaques, de croquis divers et pire encore.
Nous avons quand même pu apprécier la coupe du nouveau génois léger d’Eloise II, un vrai plus dans le petit temps.

La course de dimanche fut plus conforme aux capacités du bateau et nous étions fort contents de finir à la huitième place au réel, sans utiliser le spi, en raison d’un vent un peu costaud à notre goût.
Mais déjà le weekend s’achève, un dernier verre au bistrot le plus proche du ponton soldera une semaine agréable et détendue. Il nous tarde déjà de revenir à bord.

Quelques conseils?
Vous trouverez un merveilleux saucisson à l’aïl à la boulangerie (ça s’invente pas!) située rue de la Maison Rouge (au rond point de Kernour, sur la route de Hennebont, vers Port Louis). Ils font également un pain rond qui tient sans problème la semaine sur un bateau.
Votre repas sur le bateau au ponton est perturbé par une absence invraisemblable de vin rouge ou blanc? Pas de panique, Le patron du bistrot en face du ponton vend d’excellents produits pas chers (mais vraiment pas cher!) et gouleyants à souhait.

Tangonage du génois léger : particulier mais efficace! Photo MS

Tangonage du génois léger : particulier mais efficace!
Photo MS

Concentré sur ses penons, le barreur! Photo MS.

Concentré sur ses penons, le barreur!
Photo MS.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

0 réponses

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce petit calcul pas bien compliqué nous assure que vous n'êtes pas un moteur de spams. *